mal des transports solutions

J’ai testé pour toi : le mal des transports!

Le mal des transports est un boulet que je me traine depuis ma naissance, comme un ami un peu trop collant. Malgré son sale caractère j’ai appris à le connaître et à l’apprivoiser. Je te donne quelques astuces qui peuvent sauver tes vacances.

étoile ancre Si tu veux aller directement à l’essentiel, c’est par ici

 

UN PETIT HISTORIQUE

De ma naissance à mes 10 ans les voyages en voiture se déroulaient à peu près comme ça : moi à l’arrière entourée de 3-4 serviettes, et ma mère dans les starting block. Prête à dégainer une bassine, une serviette, son sac à main, ses mains … à la moindre alerte ! C’était l’éclate !

Mon père avait une voiture, un bolide tout droit venu de l’enfer. Le sanctuaire du vomis ! Une Citroën BX. Une voiture possédée, qui soulevait son cul dès qu’on démarrait. C’était simple, dès que je voyais la BX booty shaker, j’avais envie de mettre ma tête dans une bassine.

voiture BX mal transports

Tous les traitements et astuces du monde y sont passés : l’homéopathie; la chaine accrochée à l’arrière de la voiture (sans déconner …); le ventre vide; le sirop anti vomitif …

Après toutes ces années à lutter contre le mal des transports, j’ai trouvé plusieurs astuces qui marchent plutôt pas mal. Accroche-toi, du glamour en barre arrive !

La mal des transports Kézako ?

Aussi appelé cinétose (pour se la péter en société) est un mal être qui se déclenche en voiture, en avion, en train, en bateau …
Les symptômes : mal de tête, bouffées de chaleurs, mal de ventre, vomissement et j’en passe.
D’ou que ça vient cette histoire : de l’oreille interne ! Le décalage entre ce que l’oeil perçoit (un habitacle fixe et confiné) et ce que l’oreille interne ressent (du mouvement) déclenche les symptômes. Grosso modo c’est un conflit entre tes yeux et ton oreille interne. Dans une voiture, avec un habitacle fixe ton oeil comprend que tu ne bouges pas, sauf que ton oreille interne perçoit du mouvement. Et c’est là que les symptômes apparaissent.

LES BASES

Que ce soit pour toi ou pour tes enfants quelques conseils de base doivent être respectés :

Ne pas partir le ventre vide. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, avoir faim est un déclencheur de nausées. De plus si la personne vient à être malade, vaut mieux pour elle que son ventre ne soit pas vide. Te souviens-tu de tes soirées de beuveries ? Voilà.

Ne pas partir après une bonne raclette et une mousse au chocolat. À contrario prendre la route après un festin difficile à digérer est aussi une mauvaise idée.

Ne pas lire ! Surtout pas. Que ce soit un livre, une tablette ou un téléphone, la lecture provoque à coup sûr des nausées. Le simple fait de lire un texto me donne des sueurs froides.

EN VOITURE

Voyager à l’avant tu devras !
L’idéal est donc de cibler la place du « mort ». Mais quand cette place est déjà prise, la place du milieu à l’arrière est à privilégier car elle offre une vue dégagée sur la route. En effet, comme le mal des transports est un conflit entre oeil/oreille interne, il faut essayer de faire comprendre à ton cerveau que les élément bougent autour de toi. Donc on regarde droit devant.

Les trajets sur l’autoroute sont les plus simple à gérer. Benis soient les lignes droite ! Même assis à l’arrière le voyage a des chances de bien se passer. Dans le cas contraire il faut essayer de maintenir une conduite souple, on évite donc de freiner brutalement ou de se prendre pour Sébastien Loeb dans les virages. Et si le conducteur n’en fait qu’à sa tête, n’hésite pas à le menacer « si tu ne te calmes sur la pédale de frein, je te vomis dessus et je repeins ta bagnole de merde »

La température dans la voiture est aussi importante. Il est limite préférable d’avoir trop froid que trop chaud. Et dans certains cas les plus critiques (oui, bonjour !), la clim est à bannir. Le vent frais et direct est plus agréable.

chien voiture mal transports

S’occuper l’esprit avec tous types d’activités limitant la lecture ou l’excitation (bienvenue en maison de retraite) Les plus grands peuvent écouter de la musique ou discuter entre eux. Les plus petits peuvent être occupé par des jeux simple, « le premier qui voit une voiture rouge à gagner », de la musique dans l’auto radio (bonjour Henri Dès) … Bref toute activité permettant de penser à autre chose.

EN TRAIN

Selon les personnes les voyages en train sont mieux supportés, la lecture est même possible. Cependant pour certains l’aventure n’est pas si simple…
Voyager dans le sens de la marche, tu choisiras. Le site de la SNCF permet dans la majorité des cas de choisir de voyager dans le sens de la marche, ce qui évite de se sentir mal. La wagon restaurant est aussi à éviter, les odeurs dégagées peuvent être difficilement supportable quand tu es au bord de la nausée.

EN AVION

Et oui, pour certain les voyages en avion sont signe de stress. Non pas à cause de la peur de l’avion, mais du mal de l’air. Et là malheureusement il n’y a pas de solution miracle, car les places sont difficilement échangeables, que les conditions de vol ne dépendent pas du pilote et qu’il est difficile d’ouvrir la fenêtre …
J’ai entendu dire que les places au niveau des ailes sont à privilégier contrairement à l’avant de l’appareil. Je prends l’avion minimum une fois par mois, j’ai donc pu tester l’avant, le milieu et l’arrière de l’avion et je dois avouer que je n’ai pas vraiment ressenti de différence.

EN BATEAU

Un jour de je te raconterai ma préparation mentale avant chaque départ en Ferry ! Du glamour à l’horizon. Mais en attendant je vais te livrer les quelques « règles » à suivre.
Quand tu es sujet au mal de mer, essaye de respecter la règle de 3F : Frousse, Faim, Froid. N’ai pas peur, plus tu vas stresser plus tu vas te déclencher des symptômes. Comme pour la voiture ou tout autre moyens de transport, on évite de partir le ventre vide. La banane est idéal en bateau, elle calmerai les nausées ! Et enfin on évite de sortir sur le pont du bateau à moitié à poil, ne me demande pas pourquoi. C’est comme ça.
De mon côté le fameux « fixe l’horizon ça va aller mieux » ne marche absolument pas. Rien que le fait de voir des vagues me donne envie de crever sur place. Alors je m’occupe l’esprit, je mets de la musique et je m’installe confortablement et j’attends …

ÇA MARCHE

  • Le persil
    Un bouquet de persil placé sur la poitrine (à même la peau) calme énormément les nausées chez les enfants. Une grand mère avait donné cette astuce à ma mère, et ce fut assez impressionnant, je ne voulais plus quitter mon persil même une fois arrivé à bon port !
  • L’eucalyptus / Menthe poivrée
    Qu’elle soit sous forme de bonbon ou d’huile essentielle elle est très efficace pour lutter contre les nausées et redonner un petit coup de fouet. Une petite goutte d’huile essentielle sur la langue permet de se débarrasser ou de calmer les symptômes.
  • Le mercalm
    Le mercalm est un médicament qui aide à prévenir le mal des transports, il peut être pris à partir de 6 ans. L’idéal est de le prendre 30 minutes avant le voyage. De mon côté je ne connais rien de plus efficace, il me permet de voyager sans avoir la moindre nausées (excepté en bateau ..)

mercalm mal transports

  • Les Bracelet Sea Band
    Ces bracelet fonctionne avec le point d’acuponcture situé au niveau du poignet, une pression exercée sur ce point permet de calmer les nausées de tout types. Il est aussi utilisé durant les nausées de grossesse ou encore lors des traitements contre le cancer. Je l’ai recommandé à plusieurs mamans, et il à l’air de très bien fonctionner sur les enfants très sensible en voiture.

sea band mal transports

Et si rien de tout ça ne marche, il te reste : les serviettes, les sacs plastique ou encore la bassine si tu aimes le luxe.

J’espère que toutes astuces te seront utiles à toi ou à ta famille. Si tu connais d’autres recettes miracle, n’hésite pas.

 

2 Comments

  • Délia 29 novembre 2017 at 11 h 34 min

    Oh, je me retrouve tellement à travers ton article !!! Le gros supplice d’être à l’arrière en voiture avec un Schumi qui conduit à l’avant … Et surtout, la grosse erreur que je reproduis souvent : lire dans le train … En déplacement pro la semaine dernière, j’ai « tenté » la lecture de mes emails sur mon pc, juste 5 min… malheur…j’ai du finir le trajet les yeux fermés en rêvant intensément au doux moment où je remettrai les pieds sur la terre ferme … !

    Je confirme l’astuce de la menthe/alcool de menthe (Ricqlès)/eucalyptus/ et garde en tête le Mercalm, que je ne connaissais pas… On m’a parlé du gingembre dans la catégorie des « remèdes de grand-mère ». Mon qui adore le gingembre confit, je me prépare un petit stock à tester lors de mes prochains déplacements.
    Belle journée

    Reply
    • Emilie_AD 29 novembre 2017 at 16 h 46 min

      Contente de ne pas être la seule ^^
      Tout comme toi j’ai du mal à m’empêcher de lire dans le train.. C’est frustrant! Heureusement que Netflix et son mode « hors ligne » sont là. Sinon les trajets sont bien longs.
      Le Mercalm a changé mes voyages, je peux envoyer des sms et même lire dans le train. Mais j’évite d’en prendre trop souvent, j’ai trop peur qu’il ne fasse plus effet à force (parano !). C’est vrai que j’ai souvent entendu parler du gingembre, mais je n’ai pas encore eu l’occasion de tester.
      Bonne soirée 😉

      Reply

Leave a Comment